Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Société > Populations > Personnes seules

Personnes seules

dimanche 9 septembre 2012

La progression de la solitude : de plus en plus de ménages d’une personne. En dix ans, le nombre de ménages a augmenté de 13 %, plus rapidement que la population française : 27, 5 millions de ménages en 2009, contre 24, 3 millions en 1999, avec une moyenne de 2,3 personnes par ménage.

Les deux tiers de ces ménages sont composés d’une (33 %) ou de deux personnes (33 %). La solitude progresse et concerne 14 % de la population (9 millions de personnes). En revanche, la part des familles de cinq personnes (ménage avec trois enfants) et plus ne cesse de se réduire : un ménage sur quinze.

Sont plus souvent seuls chez les hommes les ouvriers et les employés, chez les femmes les cadres et professions intermédiaires. A Paris, plus du quart des habitants vivent seuls dans leur logement, notamment par suite d’une forte présence étudiante et de jeunes en premier travail. Cette croissance de la solitude a quatre raisons : le vieillissement et le veuvage d’abord, la part croissante des célibataires, la plus grande fragilité des unions entre 30 et 59 ans, enfin la « décohabitation » des jeunes. En deux décennies parmi les hommes de plus de 40 ans, la proportion des célibataires est passée de 8 à 15 %, chez les femmes de 5 à 8 %. 55 % des femmes de plus de 80 ans vivent seules.

Tout ceci pose de nouveaux problèmes de société : comment adapter l’offre de logement à cette nouvelle situation qui demande davantage d’appartements de type F1 ou F2, mais aussi de grands appartements adaptés à des célibataires avec charge d’enfants, ou à des couples recomposés avec enfants, là ou les gens travaillent, alors que les plus anciens s’efforcent, quand ils le peuvent, de demeurer dans des appartements devenus trop grands pour eux.

La progression de la solitude chez les actifs aggravée par le chômage de masse pose un réel problème, auquel à ce jour peu de solutions sont apportées.