Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Conditions d’emploi > Egalité professionnelle > La répartition des hommes et des femmes par métiers

La répartition des hommes et des femmes par métiers

mercredi 15 janvier 2014

On le sait, les femmes et les hommes n’exercent pas les mêmes métiers. Une étude de la Dares montre qu’en 2011, la concentration est globalement bien plus forte chez les femmes que chez les hommes : 10 métiers concentraient 47 % de l’emploi des femmes, alors que les 10 métiers concentrant le plus d’hommes n’en employaient que 31 %.

Les femmes sont très nombreuses dans les métiers de service, en particulier d’aides à domicile, d’assistantes maternelles, d’agents d’entretien ou d’enseignants, métiers moins détaillés dans les nomenclatures professionnelles.
Au contraire les métiers à dominante masculine sont les plus nombreux et plus précisément identifiés et décrits dans les nomenclatures professionnelles.

La ségrégation professionnelle entre les femmes et les hommes est plus importante pour les jeunes, les titulaires de CAP-BEP, les parents de trois enfants ou plus et les personnes de nationalité étrangère. Elle est plus forte en province qu’en Ile-de-France, dans le secteur privé que dans le secteur public.

Cependant, durant les trente dernières années, l’indice de ségrégation (qui mesure les différences de répartition hommes/femmes par métier) a diminué de 4 points en France. Cette évolution est imputable au recul de la part dans l’emploi de métiers très féminins tels que les agents d’entretien, les secrétaires et les ouvriers non qualifiés du textile et du cuir. Le développement de la mixité dans des métiers très qualifiés comme les cadres de la fonction publique et les professionnels de l’information et de la communication a également participé à cette baisse. Au contraire, la croissance des métiers d’aide à la personne et de la santé, pour la plupart largement féminisés, a renforcé la ségrégation.


Dares Analyses, La répartition des hommes et des femmes par métiers, n°2013-079, décembre 2013, 13 p.