Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Dialogue social > Négociation > Un accord de branche métallurgie sur le pacte de responsabilité

Un accord de branche métallurgie sur le pacte de responsabilité

mercredi 18 juin 2014

C’est que viennent de démontrer patronat et syndicats de la métallurgie : UIMM, CFDT, CGC, CFTC et FO ont signé le 20 mai un document paritaire qui complète les thèmes de négociation de 2014 en y incluant l’élaboration d’un pacte social, avec 3 thèmes prioritaires, le dialogue économique, l’emploi, le développement des compétences et des qualifications.

Le dialogue économique

  1. Sur le premier thème, relevant le fait que l’activité de la métallurgie reste faible (80 % seulement de celle de 2008, et -14 % d’emploi), les négociateurs développeront un dialogue économique, avec un tableau de bord qui permettra de suivre l’évolution de la situation économique et sociale de la branche.
  1. Ils évalueront l’impact des mesures gouvernementales sur leur secteur, aborderont successivement dans leurs rencontres la situation économique des entreprises, puis leur environnement économique et travailleront également sur les nouveaux facteurs de compétitivité.

L’emploi et les métiers

  1. L’objectif sera de mettre à jour l’étude prospective sur emploi et métiers du secteur, d’évaluer l’impact de la baisse des charges sur les recrutements dans l’objectif de stabiliser les effectifs. Les entreprises sont elles-mêmes sollicitées pour développer le dialogue avec les IRP sur leur politique d’investissement et l’emploi, ainsi que les informations de la base unique de données, et mesurer les effets pour elles du pacte de responsabilité.
  1. L’accent est mis aussi par les signataires sur l’emploi des jeunes, avec l’utilisation du contrat de génération et le développement quantitatif des alternants et leur accompagnement qualitatif pour leur réussite au diplôme, leur insertion professionnelle, en particulier en CDI.

Le développement des compétences et des qualifications

  1. Les négociateurs actualiseront les dispositions de la GPEC (fin 2014 et 2015), et entendent négocier sur la formation professionnelle après l’ANI et la loi récents (2ème semestre 2014), pour « mettre en œuvre une politique ambitieuse de maintien et de développement des compétences et des qualifications ».
  1. Un groupe de travail en verra les conséquences sur les classifications.

Les éléments de ce document paritaire montrent l’étendue possible des thèmes à aborder au niveau de la branche comme dans les entreprises. Cela constituera aussi un changement de culture des employeurs comme des salariés si les entreprises donnent véritablement les informations économiques et sociales de leur entreprise, qu’elles font l’objet d’un dialogue social dans le but de chercher les développement possibles des activités et des emplois.