Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Dialogue social > Conflits > En trois ans, près d’un quart des établissements de 11 salariés ou plus ont (...)

En trois ans, près d’un quart des établissements de 11 salariés ou plus ont connu un conflit collectif

mercredi 26 juin 2013

L’un des enseignements de l’enquête Réponse est de mettre en évidence la persistance de formes diverses de conflictualité dans l’entreprise, d’autant plus fréquentes que l’activité de négociation y est intense, que l’implantation syndicale y est présente et que la taille est plus grande.

41 % des établissements de 50 salariés et plus ont déclaré un conflit collectif entre 2008 et 2010. C’est le cas de près du quart des entreprises de plus de 10 salariés. Dans la moitié des cas, le conflit ne passe pas par des arrêts de travail, mais par des actions collectives variées (rassemblements, pétitions, manifestations).
45 % des salariés ont déclaré un arrêt de travail dans leur établissement dans les trois années écoulées et parmi eux un tiers disent avoir participé à une grève ou un débrayage.

Les formes de conflits collectifs 2008-2010 (Pourcentage des établissements de 20 salariés et plus)
Forme de conflit Représentants de la direction Représentants du personnel
Débrayage 10 20
Grève de moins de 2 jours 11 17
Grève de 2 jours et plus 2 4
Grève perlée 1 5
Grève du zèle 2 4
Refus d’heures supplémentaires 7 13
Manifestation 7 18
Pétition 8 22
Autre forme 4 9

On remarquera que les réponses des représentants des salariés sont toujours supérieures (le plus souvent double) à celles des réponses de la direction, ce qui atteste de leur valorisation du conflit tandis que la partie patronale inversement le relativise ou le nie.

Les motifs de conflits collectifs (Pourcentage des établissements de 20 salariés et plus)
Motif de conflit Représentants de la direction Représentants du personnel
Salaires, primes 40 55
Temps de travail 22 35
Climat des relations de travail 22 36
Emploi, licenciements 20 29
Conditions de travail 24 44

Les décalages constatés dans les réponses précédemment se retrouvent ici, moins marqués, mais significatifs des différences de perception selon la position dans l’entreprise (cf. La place des conditions de travail pour les représentants du personnel.). En 2011, ces derniers sont aussi nombreux à déclarer une dégradation qu’une stabilité du climat social (38 %).

La fréquence des conflits varie selon les secteurs, plus importants dans l’industrie (53 % des établissements de plus de 50 salariés) et les services (43 %), plus rares dans le commerce (31 %) et dans la construction (27 %).

Si les motifs d’action internes à l’établissement ou au groupe priment massivement (83 %), les mots d’ordre sectoriels ou interprofessionnels (cf. la réforme des retraites de 2010) ont touché environ le quart des établissements.

Enfin, un établissement sur 2 connait au moins une forme individuelle de conflit (avertissement, mise à pied, licenciement pour faute, mutation, recours aux prud’hommes) en l’absence de toute forme collective, alors qu’ils sont associés dans un cas sur 4. 21 % des établissements n’ont aucune forme de conflit individuel ou collectif.