Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Conditions d’emploi > Conditions de travail > Jours d’absence : une donnée essentielle à intégrer à la future base de données (...)

Jours d’absence : une donnée essentielle à intégrer à la future base de données unique

mercredi 14 mai 2014

Le nombre moyen de jours d’absence par salarié s’établit à 34,7 jours, un chiffre stable par rapport à 2011.

D’après les données livrées par Malakoff Médéric portant sur 2,6 millions de salariés, un salarié sur trois (34 %) s’est arrêté de travailler au moins une fois en 2012, un chiffre en très légère augmentation par rapport à 2011. Les arrêts maladie de 1 à 3 jours sont les plus nombreux (41 % d’entre eux), devant ceux durant de 4 à 9 jours (29 %). Les absences de dix à trente jours consécutifs représentent quant à elles 18 % des défections et celles de plus d’un mois 12 %. En revanche, ces arrêts de plus d’un mois sont à l’origine de 70 % du nombre total de journées d’arrêts maladie.

L’enquête propose trois causes à ces absences

  1. La maladie
    1. 19 % des salariés souffrent d’une maladie chronique. Chez les plus de cinquante ans, les problèmes de santé sont encore plus importants, avec 29 % des absences causées par une maladie chronique.
  1. Les changements structurels
    1. L’étude de Médéric montre aussi le poids des contextes de mutations (restructurations, réorganisations) qui expliquerait les tensions plus fortes du côté de l’équilibre vie privée-vie professionnelle. 30 % des salariés ont ainsi connu récemment une restructuration ou une réorganisation de leur service ou de leur entreprise. 15 % ont vécu un changement imposé de poste ou de métier. Ces événements ont un impact majeur sur la vie quotidienne des équipes et sur l’organisation du travail. A l’opposé, 75 % des salariés n’ayant pas connu ce type de changements se disent contents de venir travailler le matin, alors qu’ils ne sont plus que 59 % parmi ceux qui en ont vécu plusieurs.
  1. La conciliation travail-vie personnelle
    1. 31 % des salariés éprouvent des difficultés à concilier leur travail avec d’autres engagements, personnels ou familiaux, soit quatre points de plus qu’en 2009. Ces difficultés touchent plus particulièrement les cadres (35 % ), les 30-39 ans (34 % ) – une partie d’entre eux devant s’occuper de jeunes enfants - mais aussi les salariés qui déclarent prendre en charge un proche dépendant (44 % ), un sujet que les entreprises commencent d’ailleurs à considérer. Selon Malakoff Médéric, 15% des salariés disent s’occuper d’un membre de leur famille dépendant ou malade, ce chiffre atteint 23% chez les salariés de plus de cinquante ans.