Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Conditions d’emploi > Conditions de travail > Les préférences au travail des seniors

Les préférences au travail des seniors

mercredi 22 octobre 2014

Les seniors (plus de 50 ans) sont plus nombreux à être actifs, en France comme dans l’Union européenne, en particulier les femmes. C’est le résultat des politiques de toutes ces dernières années. Mais, avec la crise actuelle, leur taux de chômage a fortement augmenté, en particulier pour les seniors les moins qualifiés. Or, ces chômeurs souhaiteraient retrouver un emploi.

Quel emploi souhaitent les seniors ? C’est ce que Eurofound, (Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de vie et de travail), agence tripartite (États, patronats, syndicats) de l’Union européenne, a analysé à partir de l’enquête qu’elle a réalisé sur la qualité de la vie 2011-2012, en ciblant tout particulièrement le temps de travail désiré. Enquête intéressante puisque 190 millions d’Européens ont plus de 50 ans en 2012 (178 millions en 2007, l’augmentation est rapide !).

S’ils peuvent « joindre les deux bouts » sans difficulté, les seniors souhaitent un temps de travail moins lourd, ce qui n’est bien sûr pas le cas de ceux qui ont des difficultés financières. La moitié des inactifs souhaiterait travailler, souvent à temps partiel, particulièrement les plus jeunes, plus diplômés et en bonne santé d’entre eux.

Plus de la moitié (56 %) des bénévoles sont contents du temps passé dans le bénévolat, mais souhaiteraient avoir aussi du temps de travail rémunéré. Un quart de seniors voudrait pouvoir s’engager dans le bénévolat et avoir un temps de travail réduit de 5 heures par semaine.

D’ailleurs on constate que l’écart entre le temps de travail que l’on fait et celui que l’on souhaiterait faire - plus réduit - augmente avec l’âge dans tous les États Membres.

D’autant plus que les seniors sont plus souvent en charge de parents âgés ou handicapés, 7 % doivent s’en occuper au quotidien. Et 21 % d’entre eux, s’ils travaillent en même temps, ont du mal à concilier leur travail et cette charge familiale, bien plus lourde à leurs yeux que de s’occuper d’enfants ou de petits enfants.

Ainsi, le travail à temps partiel semble nettement plus favorable aux seniors, et ils souhaiteraient en avoir plus de possibilités. Un point à prendre en considération au moment de l’allongement de la vie active. Et tout particulièrement intéressant dans les négociations d’entreprise sur les seniors ou la GPEC.


L’étude :
http://www.eurofound.europa.eu/