Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Europe, Monde > #Réalités sociales > La corruption en Europe évaluée à 120 milliards d’euros

La corruption en Europe évaluée à 120 milliards d’euros

mercredi 26 mars 2014

La perception de la corruption diffère selon les pays, 97% en Italie, 20% au Danemark ; 76% en moyenne pour l’UE. La France est dans la moyenne avec 68%. Pour la Commission européenne, la corruption sape la confiance des citoyens dans les institutions démocratiques et nuit à l’économie en privant les pouvoirs publics de ressources fiscales utiles et en pénalisant les entreprises.

Pour la France, le rapport prend acte des mesures récentes adoptées en matière de conflits d’intérêts et concernant le personnel politique. Et souligne les risques de corruption dans le secteur des marchés publics.

Pour la Commission, l’intégrité de la justice française n’est pas en cause, mais la sévérité des peines lui paraît mériter examen. Le rapport suggère d’étendre la protection des lanceurs d’alerte au secteur public.

Le rapport se termine en appelant la France à élaborer une stratégie spéciale contre ce phénomène.

Lanceur d’alerte : Aucun salarié du secteur privé ou public ne peut être sanctionné pour avoir relaté ou témoigné, de bonne foi, de faits constitutifs d’un délit ou d’un crime dont il aurait eu connaissance dans l’exercice de ses fonctions, y compris si ce témoignage a été adressé à la presse. Procédure de recrutement, accès à un stage, rémunération, licenciement, titularisation, formation, promotion... : l’article 35 de la loi protège les lanceurs d’alerte contre toute mesure de représailles qui seraient prises à leur encontre.